In the Kitchen

Tarte au citron : meringué ou fruité

La tarte au citron, est une spécialité de la cuisine française mais aussi américaine, il était donc impossible que je ne partage pas ici une recette de ce dessert que j’affectionne tant. Trouver le bon équilibre entre le sucré et l’acidité n’est pas toujours évident. Personnellement j’aime bien quand la crème au citron est pleine de peps et que la meringue vient contre-balancer juste ce qu’il faut en apportant le gout sucré. J’ai trouvé la recette qui est pour moi parfaite dans un tout petit livre, tout mignon, de 4 recettes de tartes à accrocher au frigo et qui sobrement intitulé ‘Tartes » au édition marabout par Catherine Kluger. Pour tout vous dire, cette recette fait tellement partie de mes préférées, que c’est le seul livre de recette que j’ai emmené avec moi aux USA ! Allez c’est parti, aux fourneaux!

Ingrédients :

Fond de tarte:

  • Farine très fines (t45 ou t55) : 200g
  • poudre d’amande : 80g
  • sucre glace : 80g
  • sel : une pincé
  • beurre très froid : 120g
  • oeuf : 1

Crème de citron:

  • 4 gros citrons jaunes
  • beurre : 75g
  • sucre en poudre : 120g
  • fécule de mais : 1 cuillère à soupe rase
  • oeufs : 3 entiers + 2 jaunes

Meringue:

  • oeufs : 2 blancs
  • sucre en poudre : 120g
  • jus de citron : 2 gouttes

Recette :

Pour le fond de tarte :

Mélangez la farine, la poudre d’amande, le sucre glace et la pincé de sel. Ajoutez le beurre coupé en morceaux et sablez délicatement la pâte sans trop chauffer le beurre. Battez l’œuf et incorporez le pour avoir une pâte homogène. Ne pas trop travailler la pâte, faites une boule, enveloppez-la dans du film alimentaire et laissez la reposer 1h au frais.

1h plus tard, farinez le plan de travail pour éviter que la pâte ne colle et aplatir la boule avec un rouleau à pâtisserie jusqu’à obtenir un cercle plus large que le moule utilisé. Beurrez et farinez le moule, mettre la pâte dedans, piquez avec une fourchette et placez au frigo 30 min. Pendant ce temps là, faites chauffer votre four à 160°C. Après les 30 min au frigo, faites cuire la pâte une vingtaine de minute puis laissez refroidir avant de garnir.

Petite astuce personnelle, quand la pâte est encore chaude frottez un carreau de chocolat noir sur le fond. cela va créer un fine pellicule protectrice et imperméabilisera votre pâte qui restera croustillante même si vous conservez votre tarte plusieurs jours.

Pour la crème de citron :

Presser les citrons et prélevez la pulpe restante si il y en a encore. Faites fondre le beurre dans une casserole. En parallèle, mélangez les œufs avec le sucre et la fécule de mais. Versez ce mélange sur le beurre fondu et incorporer le jus de citron. Remuez sans cesse jusqu’à que le mélange épaississe et nappe votre cuillère. Attention ne surtout pas faire bouillir! Une fois le mélange prêt, retirez du feu et versez sur le fond de tarte. Laissez refroidir à température ambiante puis 3h au frigo.

Pour la meringue:

Une fois que la tarte est froide, montez les blancs d’œufs en neige en incorporant le sucre et les gouttes de jus de citron puis continuez a fouetter encore 3 bonnes minutes. Attention si vous incorporez le sucre trop tôt (c’est a dire que les blancs ne sont pas déjà un peu ferme) votre meringue sera trop liquide. Une fois votre meringue prête, versez la ou pochez la sur votre tarte froide et passez le tout sous le grill du four quelques instants pour faire dorer.

Pour ceux qui ne pourrait pas manger d’œufs cru comme les femmes enceintes, vous pouvez remplacer les meringues par des tranches de fruits (préalablement lavés avec soin) disposées joliment sur le dessus. Pour apporter une touche de brillance à vos fruits, diluez de la confiture dans un tout petit peu d’eau tiède et nappez vos fruit de ce mélange avec un pinceau de cuisine!

Il ne reste maintenant plus qu’à déguster tout ça ou y conserver au frigo en attendant le bon moment!

Bon appétit mes petites marmottes,

Claire

In the Kitchen

La tarte aux pralines

Un de mes passes temps préféré en voyage ? Goûter les spécialités locales !!!! De plus j’adore pâtisser alors pour inaugurer la partie cuisine de ce blog je commencerais avec une spécialité bien Lyonnaise, la tarte aux pralines ! Très girly de par sa couleur la tarte aux pralines est aussi mais surtout un dessert très gourmand.

Mais les pralines c’est quoi au juste ? Tout simplement des amandes voir des noisettes, enrobé 3 fois de sucre coloré rose.  Bien que ces petites gourmandises peuvent se manger telle quel, elles peuvent être utilisées de milles et une façon. Dans la région lyonnaise vous la trouverez souvent en éclat sur des îles flottantes, dans des brioches (là je salive en pensant à la praluline de la maison Pralus), ou bien encore en tarte !

Est-ce que cette tarte est compliquée à faire ? Pas du tout si vous avez des pralines sous la main !!!  Vous pourrez vous les procurer chez votre boulanger/pâtissier voir dans les rayons pâtisseries de vos magasins. Si vous n’en trouvez pas vous pouvez très bien les faire vous-même (il y a des recettes détaillées et facile sur le net) mais je vous avouerais n’avoir jamais testé.  Les bases posées, passons aux choses sérieuses, la recette !

Ingrédients

Pour la pâte brisée

  • 2 cup de farine (environ 260g)
  • 1stick de beurre mou (environ 113g)
  • 1 bonne pincée de sel ou de sucre au choix.
  • 1 verre de Lait (environ 25cl)

A noter que dans la recette originale c’est une pâte brisée pur beurre. Si certains d’entre vous on l’habitude de mettre du sucre lors de la confection de leur pâte brisée pour d’autres desserts, ici je vous déconseille fortement de le faire, la garniture étant très sucrée !

Pour la garniture

  • 200g de Pralines et autant de crème (min 30% de matière grasse)
  • Pour ma version USA que j’appellerais « je n’ai pas les basiques dans mon frigo car je cuisine sur un coup de tête » (oui je sais ça sens le vécu),  je remplace la crème par 2 verres de lait (environ 50cl) et 2 oz de cream cheese.

Mettre chauffer votre four à 400°F

Pour faire votre pâte

Mélangez la farine, le sel et le lait jusqu’à que le lait soit tout absorbé (cela fera un aspect effiloché), puis incorporez le beurre mou jusqu’à obtenir une pâte homogène. Faite une boule et étalez la. Fariner votre plan de travail avant pour éviter que la pâte ne colle à la surface.

Coupez la forme adaptée à votre moule. Personnellement j’utilise des moules a tartelettes, ce dessert étant très sucrée je préfère une petite portion pleine de gourmandise qu’une grosse par qui peut écœurer. Une fois vos formes coupées, placez la pâte dans le moule préalablement beurré et fariné pour éviter que la pâte colle au moule et que le démoulage soit facile. Ensuite piquez avec une fourchette l’intérieur et la paroi de la pâte pour éviter les boursouflures lors de la cuisson. Enfournez à 400°F (environ 205°C) pour environ 20 min (cela peut varier suivant votre four). Une fois la pâte cuite, laissez-la refroidir un peu. Pendant la cuisson de la pâte vous pouvez commencer à faire la garniture.

A gauche pâte brisée que je viens de couper. A droite dans le moule une fois piqué

Pour faire votre garniture

Concassez grossièrement les pralines pour avoir des éclats de fruits sec et non le fruit à coque entier dans votre tarte. Ensuite mettre cela dans votre casserole avec la crème et laissez fondre jusqu’à que ce soit homogène et crémeux. Comme pour une crème anglaise le mélange doit napper votre cuillère et faites attention à ne faire pas bouillir !!! Si c’est trop cuit la garniture  deviendra trop dure lors de la dégustation. A l’inverse une crème pas assez cuite ne figera pas et restera liquide au lieu d’être crémeuse.

A gauche les praline qui commence juste a fondre dans mon lait A droite les pralines on complètement fondue le mélange lait praline a commencé a épaissir et je vais incorporer doucement le cream cheese.

Pour la version « je n’ai pas les basiques dans mon frigo car je cuisine sur un coup de tête »  mettre les pralines concassées avec le lait dans la casserole et laisser fondre. Une fois le mélange homogène faite refroidir un peu puis rajouter le cream cheese et mélangez jusqu’à que ce soit bien crémeux et lisse. Si besoin rajouter un peu de cream cheese.

Dernière étape, verser la crème dans votre fond de tarte préalablement cuit. Laissez refroidir jusqu’à que le mélange soit complément pris  et bon appétit !!!

A gauche pâte brisée après cuisson. A droite une fois la pâte versée dans les moules, reste plus qu’a patienter un peu avant de les manger!!!

Si vous  avez jamais goûté et que vous testez ma recette dite moi ce que vous en pensez et si vous avez fait la recette original ou la version je fais avec ce que j’ai sous la main. 😉

Des bisettes !

France·USA

Les Jours fériés: USA vs France!

La semaine passée, lundi  c’était un jour férié aux USA ! Que fêtions-nous? Martin Luther King day.

Du coup je me suis dit pourquoi ne pas vous faire un article sur la différence entre les USA et la France !!!! En effet je me suis rendu compte que avant de venir ici je n’avais aucune idée de quels pouvaient être les jours fériés ici à part le 4 juillet !!! Du coup je vous ai fait 1 petit tableau des jours fériés des 2 pays…  

Le listing ci-dessus n’est pas exact pour tous les Etats-Unis car suivant les états ils peuvent y en avoir des différents… Donc le tableau pour être exact correspondrait plus à ceux suivit en Californie et qui sont des jours chômé à mon travail !

 Je ne sais pas vous mais au final cela m’a fait poser pas mal de questions… Comme vous pouvez le voir les jours fériés n’ont absolument rien à voir entre la France et les USA. Alors certain me diront c’est normal Claire, ce sont 2 pays totalement différents. Oui je sais mais bon…  Je m’explique !

Petit dessin fait par mes soins pour représenter les jours fériés aux USA. Vous en pensez quoi? Comme d’habitudes si vous voulez re-utiliser mes images pas de soucis mais s’il vous plait citez la source!!!

Alors si on regarde aux USA les jours fériés sont pour la plupart, des célébrations de l’armée ou en rapport avec la construction du pays et pas trop de référence à des fêtes religieuses. Et je vous avoue que au début je trouvais cela assez perturbant même si je sais très bien que les USA est un pays laïc. Du coup pourquoi avais-je donc été surprise? Pour plusieurs raisons !

  • La devise des Etats-Unis est “In God We Trust” (Nous croyons en Dieu)
  • Bien que cela ne soit pas obligatoire, les présidents jurent sur la bible lors de leur investiture, sauf deux exceptions: John Quincy Adams et Théodore Roosevelt qui jurèrent sur le code civil américain.
  • La “holly bible” est présente dans quasi toutes les chambres d’hôtel des usa. Oui, oui, vérifiez dans le tiroir de la table de nuit la prochaine fois!

D’un autre coté si on regarde en France qui est aussi un pays laïc,  les 3 quarts de nos jours fériés sont en fait des fêtes religieuses catholiques !!!  Bien sûr, cela est un héritage de la forte influence que la chrétienté exerçait dans le pays jusqu’à il y a encore pas très longtemps. Mais ceci me fait poser la question suivante, « Pourquoi quand l’état a décidé la séparation de l’État et l’église en 1905, ils ont gardé comme jour férié ces fêtes religieuses? ». Ce qui me parait assez paradoxal pour un pays laïc, vous ne trouvez pas?

Et vous que pensez-vous de ces différences entre les 2 pays ? Etes-vous surpris ou pas du tout ? Sinon mes illustrations valaient le coup de vous faire attendre une petite semaine ? Dites-moi tout en commentaires !!

Petit dessin fait par mes soins pour représenter les jours fériés en France. Vous en pensez quoi? Comme d’habitudes si vous voulez re-utiliser mes images pas de soucis mais s’il vous plait citez la source!!!

Des bisettes

France

Musée des tissus de Lyon : expo Yves-Saint Laurent

Je ne suis pas une fashion victime, ou quelqu’un qui va suivre les défilés des fashions weeks de façon très assidue et encore moins quelqu’un qui va acheter des magazines de mode féminine pourtant je suis tombée dans le monde de la mode toute petite. Plutôt devrais-je dire le monde des tissus…. Ma grand-mère était couturière, ma marraine costumière théâtral de formation du coup je me suis mise à coudre dès l’âge de 12 ans. Au début j’achetais des tissus en fonction des modèles que je voulais faire et petit à petit je me suis mise à acheter des tissus sans raison évidente mais je ressentais le besoin d’acheter ces tissus. Comme si ils me parlaient et que je savais que l’idée viendrait plus tard. Et effectivement c’est ce qui se passa. Maintenant j’achète très souvent mes tissus de façon instinctive. Dernier achat? Un Brocard argent et noir alors je cherchais un velours bleu à la base. Mais quand j’ai vu ce magnifique tissus une jupe m’est venue à l’esprit, c’était trop tard, il fallait que je l’achète… Bref les tissus et moi vous comprendrez que c’est une longue histoire. Ce qui fait qu’il a toujours été évident pour moi que je visiterais un jour le musée des tissus de Lyon. 11 années à vivre dans cette ville et je n’ai pourtant jamais saisi l’occasion…

Facade du musée vue depuis la cours intérieur

Apres 2 ans d’expatriation et un retour en France pour les fêtes je me rends compte qu’il y a au musée des tissus une exposition temporaire sur Yves-Saint  Laurent. Ni une, ni deux, je me suis dit que c’était le moment! Et je peux vous dire que je n’ai pas regretté.Arrivé au musée je me rends compte que je suis là juste à l’heure pour la visite guidée, je peux vous dire que j’ai le smille! Billet en poche (16€ le prix du billet visite guidée + expo temporaire) j’attends patiemment le début de la visite. La guide que nous avons eue est très dynamique et agréable. Durant la visite elle nous explique la démarche  créative d’Yves-Saint Laurent, les tissus utilisés, les différentes maisons qui produisaient ces tissus et les différentes techniques de tissage. A chaque différent type de tissus ou tissages présentés, elle nous fait passer des échantillons pour que nous puissions toucher et voir de nos propres yeux les différences de matière, de tissage et les effets que cela peut produire dans les couleurs.  Des croquis, des robes et des vidéos de ces robes lors de défilés sont aussi présentés ce qui permet de voir comment les dessins ont pu prendre vie. 

Une fois la visite guidée terminée, nous pouvons déambuler librement au milieu de l’exposition permanente sur les arts décoratifs. Vous verrez de magnifiques étoffes, chacune avec une petite pancarte expliquant pourquoi elles étaient utilisées, vous en apprendrez aussi un peu plus sur la ville de Lyon et son rôle dans l’industrie du tissus. Bref  je vous conseille vraiment d’aller visiter ce musée qui est une référence dans le patrimoine lyonnais et même je dirais français. De plus ce musée a failli fermer faute de subvention il y a de ça quelques années.  Si ce musée est toujours ouvert, c’est grâce à la mobilisation menée par Stéphane Bern. Alors je voudrais remercier ce monsieur, même si il y a peu de chance qu’il passe par là, le remercier de ne pas être un simple animateur mais un passionné d’histoire et fervent défendeur de notre patrimoine.

Un des exemples de croquis exposé, avec les tissus associés

Si mon article vous a donné envie de visiter ce lieu foncez! D’autant plus que l’exposition  Yves-Saint  Laurent comme j’ai pu vous le dire, est une exposition temporaire présente du 9 nov 2019 au 8 mars 2020.

Des bisettes

Claire

France

Edit de Roussillon : jour de l’an au 1er janvier

Bonjour mes petites marmottes ! Premier article de 2020 alors j’en profite pour vous présenter mes vœux : Préservez votre santé, Profitez de vos proches autant que vous pouvez, Donnez-vous les moyens de réussir dans les choses qui vous tienne à cœur, et Gardez toujours votre esprit ouvert sur le monde qui vous entoure.

Sinon je ne sais pas si vous avez pris de bonnes résolutions après le jour de l’an (dites-moi tout en commentaires !) mais moi j’en ai pas prises beaucoup, j’en ai pas besoin… Ouuuuh la prétentieuse ! Non plus sérieusement je voudrais être sur de les tenir, alors j’ai choisi de ne pas en prendre 10 milles qui tomberont à l’eau dans 1 mois car il y en a trop !

Parmi mes bonnes résolutions je voudrais essayer de m’investir un peu plus dans ce blog. Après 3 mois d’existence et 11 articles publiés, j’ai déjà eu 590 visites et ce dès 4 coins du monde (France, USA, Suisse, Canada, Royaume-Uni, Allemagne, Tunisie, Afrique du sud, Irlande, Autriche et Chili !). Donc merci car cela m’encourage à continuer et n’hésitez pas à parler de mon blog si celui-ci vous plait 😉

Après cette petite séquence émotion, parlons de notre sujet du jour : Le nouvel an !

Alors oui oui c’est passé, je sais… Mais selon vous, pourquoi l’année commence au premier janvier ?  Non ? Et bien je vais vous le dire car j’ai grandi dans la ville ou tout a commencé… Oui je sais ça fait un peu film mais j’aime bien ça ! Mdr

Jadis en France, le commencement de l’année n’était pas fixé par l’état et chaque province ou plutôt diocèse décidait indépendamment de la date. L’année pouvait commencer le 25 décembre comme à Lyon, ou bien à Pâques ou encore le 25 mars (jour de l’annonciation). Il n’y a pas à dire, cela devait être un sacré bazar, et le roi Charles IX s’en rendit vite compte lors de son tour de France effectué avec sa mère Catherine de Médicis.

Pour uniformiser tous cela, le roi signa le 9 août 1564 à Roussillon (actuellement ville du département de l’Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes), L’édit de Roussillon préparé par le chancelier Michel de L’Hospital et le ministre Sébastien de L’Aubespine. Cet édit  fixe au 1er janvier le début de l’année pour toute la France et confirme l’article 39 de l’édit de Saint-Germain (fait à Paris au début janvier 1563).

Mais pourquoi le premier janvier ? Simplement car cette date avait déjà été retenue dans l’histoire par certain de ces prédécesseurs comme Jules César ou encore l’empereur germanique et roi d’Espagne Charles Quint.  Cependant cette mesure ne fut appliquée qu’à partir du 1er janvier 1567 et c’est le pape Grégoire XIII qui généralisa cette mesure à l’ensemble du monde catholique en 1582 lorsqu’il instaura le calendrier grégorien pour simplifier le calendrier des fêtes religieuses !

Pour ceux qui seraient intéressés, sachez que depuis peu la commune organise des festivités pour célébrer ce moment historique. Par exemple le samedi 10 août 2019, pour 455e anniversaire de l’Edit de Roussillon, des animations autour de l’époque de la Renaissance ont été organisées au château de Roussillon : Convoi royal retraçant le voyage de la reine et de son fils, concours de labour, conférences sur Catherine de Médicis et sur la médecine de la Renaissance, concerto de mandoline, reproduction de la signature de l’Edit de Roussillon, spectacle de danse du XVIe siècle, saynètes, représentations de combats, campements militaires, visites guidées du château, repas Renaissance, retraite aux flambeaux… et pour les enfants  balades en poney, balades en calèche, stands maquillage, initiation aux arts du cirque . Si vous êtes intéressés par les festivités de 2020 n’hésitez pas à aller faire un tour sur le compte Facebook de l’association qui s’occupe de cela (https://www.facebook.com/leditderoussillon/) ou bien sur le site web de la commune pour avoir plus d’informations.

Sinon sachez que le château de Roussillon se visite aussi en dehors de ces moments de festivités. Je vous encourage à vous y rendre car ce château construit en 1552 est classé monument historique et c’est le seul château de style Renaissance du département de l’Isère  !!! Vous pourrez découvrir des façades de style florentin, des escaliers à balustres, des plafonds à la fougère, et les appartements du cardinal situés au deuxième étage du château. Et enfin si vous voulez explorer un peu le coin sachez que l’office du tourisme de Roussillon ce trouve au rez-de-chaussée dans l’aile ouest du château, quand à l’hôtel de ville il est dans le corps principal.

Photos du chateau prises cet hiver 2019 entre Noël et le jour de l’an!

Voilà j’espère que ce premier article 2020 vous aura plu et n’hésitez pas à me dire si vous avez des envies d’articles en particulier pour cette année !

Des bisettes, Claire

France

La fête des lumières

Tout lyonnais qui se respecte ne louperais pour rien au monde cette fête, alors je peux vous dire que j’ai le cœur lourd à l’idée de penser que j’ai ne peux pas participer à ce moment pour la deuxième fois consécutive…

Mais qu’est-ce donc cette célébration qui me tient tant à cœur ?

Dans la tradition lyonnaise et des villes aux alentours, chaque 8 décembre les habitants de la ville mettent des lumignons à leur fenêtre, en bord de terrasse, de balcons… Les lumignons ce sont ces petites bougies un peu comme des chauffe-plats que nous allumons soigneusement dans des petits pots en verre (coloré ou non). Ainsi les façades de  la ville s’habillent de milles feu et  j’ai encore dans ma tête ces précieux souvenirs d’enfance où les flemmes dansant dans leur petit pot illuminaient le plafond de ma chambre…

Mais pourquoi les lyonnais allument-ils des lumignons le soir du 8 décembre ?

Historiquement cette fête est une célébration religieuse. Mes parents m’avaient expliqués enfant que c’était pour remercier la Vierge Marie d’avoir épargné la ville de Lyon de la peste mais cette histoire n’est pas totalement juste, je dirais que c’est un raccourcis. Alors qu’en est-il vraiment ? Effectivement la ville de Lyon célèbre la Vierge Marie pour la raison citée précédemment mais cela n’a pas lieu le 8 décembre mais le 8 septembre. Mais alors d’où vient cette confusion ? Simplement car le 8 septembre 1643, jour de la fête de la Nativité de Marie, l’archevêché de Lyon a promis que si la ville était épargné par la peste, ils célébreraient la vierge chaque année. La ville fut sauvée et depuis,  un cortège se rend à la basilique de Notre-Dame de Fourvière tous les 8 septembre. Pour cette même date en 1852,  ils décidèrent d’inaugurer la statue de la Vierge dorée se trouvant actuellement en haut de la basilique. Malheureusement la Saône rentre en crue au cours de l’année, inonde les ateliers de l’artiste (Joseph-Hugues Fabisch) et la statue n’es pas prête. L’inauguration est alors repoussée au 8 décembre pour la fête de l’immaculée Conception. Pour le jour J la ville avait préparée pleins de festivités, fanfare, illumination de la statue, sauf que le 8 décembre venu, le mauvais temps s’invite et les festivités sont menacées. Les Lyonnais un peu impatient se sont dit qu’ils avaient déjà attendu 3 mois et que le ciel se dégageant dans la soirée, la fête aurait quand même lieu ! Ils ont alors spontanément déposé les lumignons qu’ils avaient préparés au bord de leurs fenêtres, cela se faisait pour les grands événements (entrées royales, victoires militaires…) et depuis  cette coutume perdure.

La fête a-t-elle toujours la même signification aujourd’hui ?

Oui car ils y a toujours un merci Marie allumée dans la colline de Fourvière, la procession et la montée aux flambeaux vers la basilique Notre-Dame de Fourvière ont toujours lieux. Je rajouterais aussi car ils y a toujours des irréductibles Lyonnais comme moi qui mettent des luminions à leur fenêtres qu’elles se voient depuis la rue ou non, que ce soit pour des raisons religieuses ou purement par tradition.

Non car à partir de 1999 les professionnels du spectacle investissent cette fête et les mairies de Lyon proposent plus d’animations. Je me rappelle encore, j’avais 11 ans et mes parents nous avaient dit « tant pis si vous vous couchez tard ce soir, ils font quelque chose d’exceptionnel pour les illuminations ce soir ! ». Depuis l’exception est devenue la norme…  Chaque années les artistes sont de plus en plus innovants les façades et les rue se transforment en scènes incroyables, les marchands de crêpes, marrons et vin chaud sont présent à tous les coins de rues, la fête a lieu sur 4 jours et cela marque pour beaucoup le début des fêtes de fin d’année. L’affluence de visiteurs venus du monde entier grandit d’année en année aussi bien que les hôtels sont réservé 1 an à l’avance et que cet événement est devenu le 4° plus gros au monde en terme d’affluence !  Cependant en 2015 suite aux attentats de Paris, la fête a été annulée et ce fut la seule fois de son histoire.  Cette année sans fête officielle, fut difficile pour beaucoup mais le cœur n’y était pas. Cependant j’ai pu remarquer ce soir-là que le nombre de fenêtres parées de lumignons étaient beaucoup plus important que les années précédentes, comme un hommage aux victimes, comme un retour aux racines… Depuis la fête a repris avec une sécurité au maximum et je pense que cette fête a encore de beau jours devant elle.

Photo prise le 8 décembre 2016 par mes soins.

En tout cas si vous avez l’occasion de venir sur Lyon n’hésitez pas à venir lors de la fêtes des lumières vous ne regretterez pas!

Des bisettes,

Claire